Européennes: le Mouvement radical veut composer une liste indépendante

Publié le lundi 24 septembre 2018

afp-2

2018 (AFP) – Le Mouvement radical social libéral (MRSL) a annoncé dimanche, lors de son université d’été à Montpellier, vouloir composer une liste indépendante en vue des élections européennes.
« D’ici la fin de l’automne, une liste de candidats et candidates et un projet seront bouclés », a déclaré Laurent Hénart, coprésident du MRSL et maire de Nancy. « Nous prendrons contact avec d’autres formations politiques, avec des personnalités, compatibles avec notre parti. »
Sylvia Pinel, également conseillère régionale Occitanie Pyrénées Méditerranée, et Laurent Hénart, co-présidents du mouvement, membre du parti européen ALDE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe), aux côtés de l’UDI et du Modem, ont annoncé qu’ils rencontreront très prochainement François Bayrou.
« Les radicaux ont toujours été prêts à discuter, nous sommes ouverts. Nous avons souvent réussi dans nos collectivités ou au Sénat, à rassembler des personnes autour d’un socle de valeurs partagées », a expliqué Sylvia Pinel.
L’échéance électorale des élections européennes sera la première depuis la naissance du mouvement, issu de la réunification du parti radical valoisien et du parti radical de gauche, le 9 décembre 2017.
Dans un discours ferme, les deux coprésidents ont prévenu qu’ « il y aura, dans les fédérations les plus compliquées, un temps d’écoute, de médiation, puis d’arbitrage ».
« C’était un pari difficile, nous le savions », a reconnu Sylvia Pinel, coprésidente. « Il est normal que des craintes soient exprimées. Ce serait une erreur politique de ne pas entendre les questionnements des militants. Nous en tenons compte. Nous traitons au cas par cas. »
Parmi les débats internes, la question des élections municipales a été remontée par les militants lors des différents ateliers tenus durant ces deux jours. « Nous avons peut-être sous-estimé le calendrier », a estimé le coprésident Laurent Hénart. « Nous avons donc pris la décision d’accélérer la mise en place des fédérations afin de faire en sorte que le délai du 31 décembre soit tenu. »
Laurent Hénart a tenu à rappeler que le débat sur l’Europe ne doit pas digresser vers un « pour ou contre le gouvernement ».

Partager l'article