[Communiqué de presse] : Création d’un nouveau risque dépendance : Prenons garde à ce que la montagne n’accouche pas d’une souris !

Publié le mardi 2 juin 2020

Le Mouvement Radical salue l’annonce de la préparation d’un projet de loi sur la création d’un risque « Perte d’autonomie » et de la création d’une cinquième branche de la Sécurité Sociale pour 2021.

Cette problématique ayant été tant de fois remisée, nous sommes plein d’attentes notamment quant à la nature des financeurs qui ne peuvent être les seules collectivités locales écrasées par la prise en charge de la dépendance. Les sommes proposées en face pour éviter un financement au rabais sont aussi un sujet d’inquiétude, comme les conditions qui permettront d’assurer un financement pérenne de cet enjeu majeur pour nos concitoyens.

Pour Laurent Hénart, Président du Mouvement Radical : « Une concertation large de tous les professionnels et des partenaires sociaux sans a priori permettra d’être inventifs dans un contexte économique tendu. Prenons garde à ce que la montagne n’accouche pas d’une souris au lendemain de l’épidémie de Covid qui a particulièrement affectée nos anciens et qui nous invite à repenser nos organisations ! »

Le Mouvement Radical, empreint de son ADN solidariste, y contribuera naturellement et a d’ores et déjà, par la voix de son secrétaire national Madjid Si Hocine, formulé de multiples propositions sur la politique du grand âge :
– l’augmentation du ratio soignant par résident en EPHAD notamment avec une permanence infirmière nocturne ;
– la généralisation du principe de lits vacants en UGA, afin de faciliter les entrées directes et éviter les passages aux urgences ;
– la création d’infirmières de pratique avancée spécialisées en gériatrie intégrée à des équipes mobiles dont le nombre doit croître, pour assurer conseil et aide à la permanence des soins ;
– une meilleure certification et une meilleure rémunération des intervenants au domicile avec de véritables plans de carrière par le biais de la validation des acquis de l’expérience, et plus généralement la valorisation des métiers du grand âge.

Partager l'article