[COMMUNIQUÉ] Réforme du système de retraites et retour à l’équilibre financier : Pour Laurent Hénart, « Il faut sortir du 2 en 1 »

Publié le lundi 9 décembre 2019

Un système universel des retraites, où 1 euro cotisé donne les mêmes droits à tous les Français, est une idée défendue depuis longtemps par les Radicaux, qui répond à une demande de justice sociale, de transparence et de stabilité à long terme du système des retraites. Mais les incertitudes qui entourent la réforme par points – contenu encore flou, délai de mise en place incertain, application ou pas de la clause du grand-père, prise en compte de situations spécifiques (pénibilité du travail, parcours professionnels souvent hachés des femmes), – provoquent inquiétudes et angoisses légitimes chez nos concitoyens.

A ces questions en suspens, s’ajoute l’incompréhension due à une confusion entre un changement complet du système de retraites, réforme qui va se dérouler sur des décennies et le besoin de mesures rapides pour garantir l’équilibre financier des retraites à 5 – 10 ans.

Ces deux chantiers ne peuvent pas s’inscrire dans le même temps, l’un s’étalant sur plusieurs décennies, l’autre devant impérativement produire des résultats à court terme afin de sauvegarder les retraites.

Aujourd’hui, le gouvernement doit préciser sa méthodologie pour rassurer les citoyens et établir un calendrier distinct de mise en place des procédures de concertation avec les partenaires sociaux et les citoyens, fixer les dates des débats législatifs et de prises d’effet, pour ces « deux » réformes. Pour Laurent Hénart, Président du Mouvement Radical, « Il faut sortir du « 2 en 1 », intenable pour le gouvernement, incompréhensible pour les Français ».

Enfin, avec la crise des Gilets Jaunes, les citoyens ont exprimé un besoin de justice sociale, et ont revendiqué davantage de dialogue. Laurent Hénart ajoute « C’est notre pacte social dans sa globalité qui est fragilisé et afin d’éviter que d’autres crises ne surviennent, le gouvernement doit ouvrir le débat avec les acteurs sociaux et les citoyens, pourquoi pas sous la forme de Grenelles nationaux, sur des sujets qui préoccupent aussi les Français comme la santé, l’autonomie ou encore le logement ».

Partager l'article