One Planet Summit : Il faut sauver la biodiversité

Publié le mardi 12 janvier 2021

Nature

Le Mouvement radical salue la décision prise lors de la 3ème édition du One Planet Summit, qui se tient depuis hier, de relancer le projet de la Grande Muraille verte. « C’est un signal très positif qui a été envoyé par plusieurs pays, dont la France, de grandes fondations et des banques de développement qui se sont engagés à hauteur de 12 milliards d’euros pour stopper la marche du désert. Il s’agit de créer pas moins de 100 millions d’hectares de terre le long de la bande sahélienne», indique Joël THIERY, président du Pôle « Transition écologique » du Mouvement radical.

Cette annonce est source d’espoir pour les habitants de 11 pays d’Afrique qui voient chaque année le désert manger les terres agricoles et les pousser à l’exil intérieur ou à l’émigration vers l’Europe. Il ne faut toutefois pas sous-estimer les obstacles de mise en œuvre des propositions qui seront faites lors du One Planet Summit. « Il faut rapidement que les promesses se traduisent par des actions concrètes. Il y a urgence et nous lançons un appel à la mobilisation pour la biodiversité. La sixième extinction de masse est pour demain, si nous ne prenons pas des mesures énergiques et concrètes dès aujourd’hui. Sinon, 10% des espèces vivantes sur notre planète vont disparaître à très court terme. »

« Le combat pour la biodiversité n’est pas seulement celui des états. Il engage aussi chacun d’entre-nous. Nous devons agir pour préserver la Terre et donc repenser notre relation à la nature. » Ce qui passe notamment par des modifications importantes de nos modes de consommation. Devant la pandémie, nous avons déjà changé nos habitudes, en particulier en privilégiant les circuits courts et le local. Mais long est le chemin qui reste à faire pour sortir la Terre de la spirale mortifère dans laquelles les actions irréfléchies de l’homme l’a plongée.

« Alors que nous luttons depuis un an contre la Covid-19, nous devons nous attendre à un développement important des zoonoses, ces maladies qui passent de l’animal à l’homme si nous ne mettons pas un coup d’arrêt aux déforestations massives qui perturbent les équilibres fondamentaux et diminue la diversité du vivant. Il est temps de lancer de grands plans de reboisement et aussi d’étendre les espaces protégés.»

Outre le sujet de la déforestation qui met en péril les grandes forêts primaires, les participants au One Planet Summit devront aussi nous dire comment ils entendent promouvoir l’agroécologie et la protection des écosystèmes terrestres et marins.

Partager l'article