Réouverture des écoles : le maire radical d’Igny, Francisque Vigouroux, déplore le manque de concertation des élus locaux

Publié le jeudi 23 avril 2020

Article du Parisien paru le 22 avril 2020

Francisque Vigouroux l’a fait savoir par un communiqué mardi soir. Il doit participer à une réunion de travail ce mercredi soir avec le cabinet de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale.

Les déclarations mardi de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, concernant la réouverture des écoles le 11 mai, ont fait sortir de ses gonds Francisque Vigouroux. « Derniers informés mais toujours sur le front, pourquoi, s’insurge le maire (Mouvement radical) d’Igny et vice-président de l’Association des Petites Villes de France (APVF). Je déplore l’absence de concertation et la mise devant le fait accompli pour les collectivités territoriales. Je pointe aussi le risque d’une école garderie à deux vitesses. »Sa colère, transcrite noir sur blanc dans un communiqué publié mardi soir, a été entendue. Car il doit participer ce mercredi soir à une réunion de travail prévue par le cabinet de Jean-Michel Blanquer. Francisque Vigouroux pourra exprimer de vive voix ses griefs.

« Trop de questions demeurent en suspens »

« Les maires et les personnels de mairies ne sont pas des adversaires, insiste-t-il. Nous participons tous à une chaîne qui vise le bien-être, la santé et la meilleure instruction possible pour nos enfants. Forcément, les décisions de l’Etat impliquent fortement les communes et engagent la responsabilité des élus. En dépit de la souplesse laissée aux collectivités territoriales pour apprécier la progressivité de la reprise qu’a confirmée le ministre, trop de questions demeurent à ce jour en suspens et suscitent les inquiétudes de nombreux maires. »

Francisque Vigouroux estime que c’est particulièrement le cas pour les équipements de protection des enseignants, des élèves et des personnels communaux. « Le ministère n’a pas prévu d’assurer leur prise en charge financière, rappelle le maire d’Igny. Ces questions sanitaires relèvent de l’Etat qui doit fournir le matériel nécessaire. »

« Cette école transitoire ne doit pas être une super garderie »

Selon l’élu, « le flou existe également concernant la réouverture des cantines, des accueils de loisirs, le soutien scolaire apporté aux élèves en difficulté, et d’une manière générale, sur les investissements qui seront demandés aux collectivités territoriales ».

« Les communes et leurs élus sont disposés à accompagner la mise en œuvre de la réouverture des écoles dans l’unique intérêt de l’enfant mais l’Etat doit être clair et assumer toutes ses responsabilités dans le domaine, poursuit Francisque Vigouroux. Enfin, il faut veiller à maintenir l’unité de l’école de la République en veillant à l’équité des élèves, et un dialogue en amont avec les professionnels du secteur. Cette école transitoire ne doit pas être une super garderie. »

Partager l'article